Comment une Nouvelle E-boutique de Chaussures, Greats Brand, entend Devenir le Warby Parker du Soulier

Comment une Nouvelle E-boutique de Chaussures, Greats Brand, entend Devenir le Warby Parker du Soulier

feature

Qu’obtenez-vous en combinant des sneakers stylées de première qualité à des prix bien plus bas que la concurrence ? La réponse est GREATS Brand, un nouvel e-commerce de vente directe de chaussures qui entend bousculer l’industrie de la chaussure en devenant le Warby Parker du soulier.

Depuis son lancement en août, GREATS connaît un formidable démarrage et suscite l’attention de médias d’envergure tels que Forbes et de sites web de mode masculine comme GQ.

L’entreprise est une création de Ryan Babenzien et de Jon Buscemi, deux vétérans de l’industrie de la chaussure qui ont saisi une opportunité en créant une nouvelle marque de sneaker alimentée par le e-commerce.

La semaine dernière, GREATS a tenu un magasin éphémère à Brooklyn. Ci-dessous vous pouvez voir leur vidéo, dans laquelle ils montrent le soin et le souci du détail qu’ils apportent à l’expérience de marque.

Nous avons rencontré Ryan pour en savoir plus sur les raisons d’un tel succès, en si peu de temps. 

Décrivez-nous votre entreprise et vos produits en 1 à 3 phrases.

GREATS est une marque américaine de chaussures, qui propose des sneakers pour hommes, conçues avec goût, à partir de 59$. Greats offre une valeur ajoutée car nous ne faisons pas de vente en gros à des revendeurs, nous vendons directement au client, ce qui nous permet de vendre des sneakers/chaussures de meilleure qualité à un prix inférieur.

Quel chiffre d’affaires mensuel générez-vous en ce moment?

Nous n’évoquons pas publiquement notre chiffre d’affaires, mais nous avons dépassé nos prévisions de vente du premier mois en 30 heures et nous étions en rupture de stock de toutes les tailles et de toutes les couleurs en l’espace d’une semaine. Nos ventes progressent chaque semaine, ce qui est une bonne chose.

Comment avez-vous eu cette idée d’entreprise/de produits? Quel type d’étude de marché avez-vous mené ?

Jon et moi venions du monde du sneaker : de chez Puma et Kswiss pour ma part et de DC Shoes et Gourmet pour Jon. Nous savions que les gens sont à l’aise avec les achats de chaussures en ligne comme l’a montré le succès de Zappos. Cependant personne n’avait encore créé une MARQUE de chaussures pour hommes directement sur internet. Je dis MARQUE parce que GREATS est une marque avant tout.

Nous avons été fortement inspirés par des marques comme Warby Parker et Everlane et  nous savions que faire quelque chose de similaires, dans le monde de la chaussure pour hommes, était énorme. Nous avons donc quittés nos entreprises respectives pour nous lancer dans l’aventure GREATS.

Nous avons connu six mois intenses et les derniers mois ont été particulièrement fous comme pour toutes ces start-up dont on entend parler. Nous savions que notre idée était bonne, mais nous ne le réalisions pas à quel point avant le lancement le 6 août 2013. Les commentaires et l’intérêt suscités par GREATS ont été très flatteurs, et nous remercions les clients pour cela.

Comment procédez-vous pour la création, la fabrication ou l’approvisionnement de vos produits ? Quelles sont les leçons clés que vous avez apprises durant ce processus ?

Jon et moi décidons du style que nous voulons élaborer puis nous en faisons des esquisses. En 2014 nous ajoutons six styles à nos deux de départ, la Wilson et la Royale. Nous faisons ensuite faire des prototypes par des usines qui font des produits de qualité, qu’elles soient en Italie, au Mexique, en Asie…

Nous voulons faire un produit de qualité, nous allons donc directement chez le fournisseur qui peut le faire pour nous. Nous utilisons des matériaux de qualité et faisons appel à de très bons fournisseurs pour nous assurer d’offrir une sneaker de qualité. Nous n’avons pas eu trop de surprises car Jon faisait des sneakers depuis des années. Nous savions à peu près dans quoi nous nous lancions.

Comment avez-vous promu votre entreprise au début et d’où venaient vos premières ventes? Depuis, avez-vous été mentionné dans des médias d’envergure ou encore avez-vous connu des succès dans votre gestion des Relations Publiques ?

Nous sommes une pure start-up et encore aujourd'hui, il y a que nous deux pour faire tourner la boutique. Trois si vous comptez notre pro d’Instagram.

Nous n’avons pas dépensé 1 centime en marketing et pourtant nous avons eu des articles de presse et un bouche-à-oreille remarquable. C’est de là que viennent toutes les ventes. Nous savons qu’Instagram génère des ventes mais nous ne pouvons pas mesurer ça de façon statistique, nous savons juste que c’est un très bon endroit pour montrer ce qu’est GREATS. Mais le chemin parcouru de notre première publication le 8 mai à nos 12 000 followers aujourd’hui témoigne que ce canal nous réussi. Je serais surpris d'apprendre qu'aucun de nos followers d’Instagram n’est devenu client.

Nous avons récemment eu un article sur TechCrunch, qui est la référence qui « valide » les start-up, haha. Nous avons également vendu un grand nombre de sneakers ce jour-là.

Comment gérez-vous la livraison et la réalisation des commandes, et comment vous organisez-vous pour les fonctions support ? Avez-vous des leçons/astuces clés pour le faire avec succès ?

Nous savions que la logistique pourrait être un piège pour nous. C’est une chose de démarrer une entreprise et d’avoir quelques articles à envoyer chaque jour, ce que nous pouvions faire nous-mêmes. Mais c’en est une autre d’en livrer des centaines et des milliers, comme nous avons du le faire au moment du lancement, et nous n’aurions pas pu y parvenir seuls. Nous nous sommes donc associés à un excellent service logistique de tiers, Shipware, et ils ont été formidables.

Choisir Shopify et Shipwire ont été deux de nos meilleures décisions à ce jour.

Quels logiciels, outils et ressources sont indispensables à votre entreprise?

En tant que marque de e-commerce, nous avons besoin d’être sûrs que les transactions fonctionnent et qu’il n’y aura pas d’incident. Après avoir examiné tous les grands joueurs, il nous a semblé évident que Shopify était la plateforme parfaite pour nous. De plus, nous savions que nous aurions besoin d’un bon outil d' e-marketing ainsi qu'un beau design pour notre site. Ce sont les trois éléments qui me viennent à l’esprit.

Nous avons plein d’idées que nous aimerions ajouter à notre expérience en ligne, mais comme nous sommes une équipe de deux, nous avons une bande passante limitée. Nous considérons que nous avons accompli beaucoup de choses avec ces outils jusqu’à présent et nous avons hâte de continuer à nous améliorer. C’est le truc avec une marque de e-commerce : ce n’est jamais fini, vous êtes en permanence en train d’affiner, affiner et encore affiner.

Quelles ont été vos plus grosses erreurs ou perte de temps et d’argent (s’il y en a eu)?

Nous n’avions pas d’argent à gâcher, donc ça n’est pas arrivé, haha. Nous faisons des erreurs en permanence mais aucune que nous ne pouvons surmonter. Lancer le site en l’espace de cinq mois en partant de zéro était un réel défi.  Ce n’était pas une erreur mais cela a été désagréable pendant environ quatre semaines, à cause des produits et des douanes qui ralentissaient les choses. Travailler avec les meilleures personnes que nous pouvions trouver et se permettre, nous a aidé tout au long de l’aventure. Nous espérons pouvoir continuer ainsi, à mesure que nous développons l’équipe GREATS.

Quel autre précieux conseil pouvez-vous donner aux entrepreneurs qui voudraient lancer une entreprise de e-commerce fructueuse?

Faites des recherches, assurez-vous d’avoir une passion et un plan. Et ensuite mettez-vous en tête que dès le lancement vous devrez vous adapter car votre plan changera. C’est la chose que nous avons appris. Nous avons fait toutes ces prévisions, en étant aidé par des gens très brillants et au final, nous avons vendu plus, en 30 heures, que ce que nous pensions vendre en 30 jours.

C’était une bonne erreur au final, mais nous n’étions pas du tout prêt au niveau de la planification. Mais ça ne veut pas dire qu’il faut arrêter ou laisser tomber, il faut juste s’adapter et aller de l’avant. Il n’y a pas vraiment de ligne d’arrivée.

Laisser un commentaire ...

Démarrez votre essai gratuit de 14 jours dès aujourd’hui !