Blogs Shopify

Auto-entrepreneur : Comment lancer une micro-entreprise [Guide]

auto entreprise et micro entreprise

Que vous soyez aspirant entrepreneur, salarié, étudiant, retraité, ou sans-emploi, vous pouvez à tout moment tomber sur une idée de projet ou de produit prometteuse. Le désir d’entreprendre et de tester la viabilité de votre idée d’entreprise vous conduira normalement à faire un premier point d’arrêt sur le régime d’auto-entrepreneur ou de micro-entrepreneur, qui semble idéal pour lancer une nouvelle activité. Le régime d’auto-entrepreneur ou de micro-entrepreneur peut non seulement convenir au lancement d’un projet « classique », mais également à la création d’un site e-commerce et à la vente en ligne. Il s’agit d’une tendance émergente dans l’espace de l’auto-entrepreneuriat qui est représentée par la micro-entreprise e-commerce.

La montée en force de l’auto-entrepreneuriat e-commerce s’attribue notamment à la démocratisation des solutions e-commerce tout-en-un comme Shopify, qui permettent de créer sans connaissances techniques et en un temps record une boutique en ligne fonctionnelle avec passerelle de paiement et panier d’achat intégrés. De plus en plus d’entrepreneurs en herbe de tout âge cherchent aujourd’hui à s’appuyer sur la portée du e-commerce pour tester leurs idées de business sans prendre de risques.

Dans cette optique, en tant que futur auto-entrepreneur éventuel, plusieurs questions se bousculent dans votre esprit si vous envisagez de lancer une activité dans le monde réel ou une activité de vente en ligne avec ce statut.

Certaines de ces questions seront probablement d’ordre général, liées aux formalités de création d’une auto-entreprise et au fonctionnement du statut d’auto-entrepreneur.

Mais vous vous poserez également d’autres questions plus spécialisées, liées probablement à l’adéquation du régime auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur à l’e-commerce :

  • Le statut auto-entrepreneur permet-il de créer une boutique en ligne ?
  • L’auto-entrepreneur peut-il lancer un site e-commerce de dropshipping ?
  • Quels sont les avantages et les inconvénients du statut d’auto-entrepreneur pour l’e-commerce ?
  • Et ainsi de suite.

Dans ce guide, nous répondons à toutes les questions pour vous permettre de mieux cerner le statut d’auto-entrepreneur, et de comprendre dans quelles circonstances ce régime peut être adapté à une activité de vente en ligne ou à la création d’un site e-commerce.

autoentreprise

SOMMAIRE

Partie 1 : Informations clés sur le statut auto-entrepreneur et les formalités de création d’une micro-entreprise  

  1. Qu’est-ce que le statut d’auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur ?
  2. Qui peut devenir auto-entrepreneur ? Quelles sont les conditions ?
  3. Comment devenir auto-entrepreneur ? Quelles sont les formalités et les démarches ?
  4. La création d’une micro-entreprise est-elle payante ?
  5. Quels sont les avantages du statut d’auto-entrepreneur ?
  6. Quelles sont les obligations de l’auto-entrepreneur ?
  7. Quels sont les plafonds de chiffre d’affaires à respecter en tant qu’auto-entrepreneur ?
  8. Comment déclarer ses revenus d’auto-entrepreneur ?
  9. Quand déclarer ses revenus d’auto-entrepreneur ?
  10. Que se passe-t-il une fois la demande d’inscription au Registre National des Entreprises (RNE) réalisée ?
  11. Faut-il immatriculer sa micro-entreprise au Registre de Commerce et des Sociétés (RCS) ou au Registre des Métiers (RM) ?
  12. Comment immatriculer sa micro-entreprise au RCS ou au RM ?
  13. Comment obtenir un extrait k-bis pour son activité d’auto-entrepreneur ?
  14. Comment faire pour modifier ou cesser sa micro-entreprise ?
  15. Comment calculer les revenus annuels d’une micro-entreprise en France ?
  16. Quelles sont les charges sociales à payer dans le cadre du régime micro-entreprise en France ?
  17. À combien s'élève l’impôt sur le revenu (IR) dans le régime micro-entreprise ?
  18. Comment réalise-t-on ses déclarations quand on dirige une microentreprise en France ?
  19. Facture-t-on la TVA lorsqu’on gère une micro-entreprise en France ?
  20. Y a-t-il une distinction entre la micro-entreprise et son propriétaire ?
  21. Faut-il ouvrir un compte bancaire professionnel pour sa microentreprise ?
  22. Que se passe-t-il si le chiffre d’affaires risque de dépasser les plafonds autorisés ?
  23. Doit-on tenir une comptabilité en bonne et due forme quand on est auto-entrepreneur ?
  24. Peut-on opter pour un nom commercial quand on est en auto-entrepreneur ?

Partie 2 : Devenir auto-entrepreneur e-commerce (ou micro-entrepreneur e-commerce)

  1. 6 étapes pour créer son site e-commerce ou sa boutique en ligne en tant qu’auto-entrepreneur
  2. Comment devenir auto-entrepreneur : aller de l’avant

Partie 1 : Informations clés sur le statut auto-entrepreneur et les formalités de création d’une micro-entreprise  

statut auto entrepreneur

Qu’est-ce que le statut auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur ?

Le régime auto-entrepreneur, souvent appelé « statut auto-entrepreneur », a aujourd’hui été remplacé par le régime micro-entrepreneur. L’auto-entrepreneur et le micro-entrepreneur sont ainsi des termes synonymes pour la plupart des gens. En France, la micro-entreprise, ou l’auto-entreprise, fait référence à un régime simplifié d’entreprise individuelle, dans le cadre duquel les démarches sont simplifiées et les obligations allégées — on parle notamment de régimes microfiscal et microsocial.

Qui peut devenir auto-entrepreneur ? Quelles sont les conditions ?

Le statut d’auto-entrepreneur s’adresse de façon directe aux étudiants français, salariés non-fonctionnaires, retraités, parents au foyer, chercheurs d’emploi, et résidents étrangers détenteurs d’un titre de séjour octroyant le droit d’exercer une activité professionnelle en France, qui désirent entreprendre en choisissant une activité autorisée par le statut d’auto-entrepreneur, et qui ne gèrent à priori pas d’autres activités professionnelles en tant qu’indépendants.

Votre activité doit être éligible, puisque certaines professions régulées ne peuvent pas s’exercer dans le cadre du statut d’auto-entrepreneur. C'est le cas des professions du domaine de la santé et des professions juridiques qui ne peuvent pas être exercées en micro-entreprise. De nombreuses autres activités moins évidentes sont aussi exclues.

De façon indirecte et très régulée, le statut d’auto-entrepreneur n’interdit pas systématiquement le cumul d’activités, et il peut en théorie permettre à un individu exerçant déjà une activité professionnelle de créer une auto-entreprise dans un domaine d’activité complètement différent si certaines conditions sont respectées.

Ainsi, si vous êtes salarié, vous ne pouvez pas devenir auto-entrepreneur si votre contrat de travail vous l’interdit, ou si d’autres interdictions liées au statut du salarié ou au domaine d’activité s’appliquent. Certains salariés fonctionnaires peuvent aussi dans certains cas très rares créer leur auto-entreprise, chose qui reste cependant très difficile et qui nécessite des autorisations. Pour toutes ces situations moins évidentes, et même si vous êtes un salarié typique (non-fonctionnaire), il est nécessaire de consulter un expert juridique qui saura vous conseiller avant la création de votre auto-entreprise.

Comment devenir auto-entrepreneur ? Quelles sont les formalités et les démarches ? 

Les démarches peuvent être réalisées en ligne sur le site officiel www.guichet-entreprises.fr pour toutes les activités éligibles d’auto-entrepreneur. L’immatriculation peut également se faire sur papier. Si vous optez pour l’immatriculation en ligne, vous allez devoir remplir un formulaire et joindre avec votre télédéclaration une pièce d’identité scannée. Si vous optez pour l’immatriculation sur papier, vous devrez envoyer au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) dont vous dépendez une photocopie de votre pièce d’identité ainsi que le formulaire imprimé rempli et signé en version originale. Il existe deux types de formulaires en fonction du type d’activité : le « formulaire P0 CMB Micro entrepreneur » doit être rempli pour les activités commerciales et artisanales, et le « formulaire P0 PL Micro-entrepreneur » qui est destiné aux professions libérales.

Remarques : certaines activités et professions ne sont pas éligibles et ne peuvent pas être exercées sous le statut d’auto-entrepreneur. Tandis que d’autres présentent des conditions particulières : possession d’un diplôme, souscription à une assurance, etc. Vous devez par ailleurs prêter attention aux choix que vous allez renseigner sur le formulaire d’inscription, puisqu’il ne s’agit pas d’un formulaire qui se remplit à l’improviste en quelques minutes.

La création d’une micro-entreprise est-elle payante ?

Elle est gratuite pour les activités commerciales, les activités de prestations de services, les activités libérales et les activités artisanales. Pour l’activité d’agent commercial, elle est payante (environ 26 €). 

Quels sont les avantages du statut auto-entrepreneur ?

Le statut auto-entrepreneur a été créé pour faciliter l’entrepreneuriat en France. Ses principaux avantages sont donc les suivants : des formalités administratives de création simples, réalisables en ligne. La création d’une auto-entreprise est dans la plupart des cas gratuite. Une comptabilité simplifiée qui ne nécessite pas l’intervention d’un comptable. Un impôt sur le revenu et des cotisations sociales plus simples à calculer et plus faciles à payer. Des déclarations fiscales simplifiées.

Quelles sont les obligations de l’auto-entrepreneur ?

L’auto-entrepreneur a des obligations. Il doit s’immatriculer au Registre de Commerce, au Registre des métiers, ou au RSAC selon son activité, dans un délai de 14 jours suivant le début de son activité. Il doit ouvrir un compte bancaire dédié à son activité. Il doit tenir un registre des achats et un livre des recettes dans le cadre de sa comptabilité. Il doit émettre des factures comportant plusieurs mentions obligatoires (certaines nouvelles mentions sont obligatoires à inclure dans les factures depuis le 1er octobre 2019). Il doit respecter les plafonds de chiffre d’affaires établis dans le cadre du statut d’auto-entrepreneur. Il doit payer ses cotisations sociales et l’impôt sur le revenu. Il doit déclarer son chiffre d’affaires pendant l’année de façon mensuelle ou trimestrielle. Il doit conserver toutes ses déclarations et toutes les pièces justificatives relatives aux opérations réalisées dans le cadre de son activité.

Quels sont les plafonds de chiffre d’affaires à respecter en tant qu’auto-entrepreneur ?

Le régime de la micro-entreprise est plafonné en matière de chiffre d’affaires à 70 000 € HT pour une activité de prestation de services, et 170 000 € HT pour une activité d’achat/revente. À noter que les anciens plafonds n’étaient respectivement que de 33 200 € HT et 82 800 € HT — ils ont donc été un peu plus que doublés. On peut combiner les activités de vente de marchandises et de prestation de services à condition de ne pas dépasser un CA total de 170 000 € HT en respectant les plafonds de chaque catégorie d’activité. Par exemple si vous vendez à la fois des services et des produits, et que vous réalisez un chiffre d’affaires de 120 000 € HT en vente de produits physiques, vous ne pourrez pas dépasser les 50 000 € HT de chiffre d’affaires pour les services que vous vendez.

Remarque : il est important de prendre en compte le moment de la création de l’auto-entreprise pour calculer le plafond par la règle du prorata temporis — si vous créez par exemple votre micro-entreprise en France alors qu’il ne reste que 100 jours avant la fin de l’année, votre plafond pour une activité de prestation de services sera limité à 19 178 € HT pour l’année de la création : [ 70 000 € HT x 100 jours) / 365 jours = 19 178 € HT ].

Comment déclarer ses revenus d’auto-entrepreneur ?

À compter de 2019, quel que soit le chiffre d’affaires réalisé (même s’il est nul), la déclaration se fait en ligne sur le site officiel autoentrepreneur.urssaf.fr.

Quand déclarer ses revenus d’auto-entrepreneur ?

L’auto-entrepreneur doit déclarer son chiffre d’affaires mensuellement ou trimestriellement. C’est lors de son immatriculation qu’il choisit entre ces deux périodicités. La déclaration mensuelle de chaque mois doit se faire avant le dernier jour du mois suivant. La déclaration trimestrielle doit se faire avant le dernier jour du mois qui suit le trimestre à déclarer.

La première déclaration est particulière :

Première déclaration pour la périodicité mensuelle : vous devez comptabiliser le chiffre d’affaires réalisé depuis le mois de début d’activité jusqu’aux trois mois qui suivent le mois de début d’activité. La première déclaration de ce chiffre d’affaires initial doit se faire avant le dernier jour du mois suivant ces premiers mois cumulés d’activité.

Première déclaration pour la périodicité trimestrielle : vous devez identifier le trimestre de début d’activité, et comptabiliser le chiffre d’affaires réalisé depuis la date de début d’activité jusqu’à la fin du trimestre suivant. La première déclaration de ce chiffre d’affaires initial doit se faire avant la fin du mois suivant ce dernier trimestre.

Que se passe-t-il une fois la demande d’inscription au Registre National des Entreprises (RNE) réalisée ?

Une fois votre demande d’inscription soumise, elle sera traitée par l’INSEE qui vous enverra par courrier après environ 2 semaines un certificat contenant votre numéro SIRET. Le SIRET est composé de 14 chiffres : les 9 premiers constituent votre numéro SIREN servant à identifier votre entreprise, et les 5 derniers constituent votre code NIC servant à identifier le lieu de votre activité. Un code APE vous est également attribué, qui identifie la branche d’activité de votre micro-entreprise.

Faut-il immatriculer sa micro-entreprise au Registre de Commerce et des Sociétés (RCS) ou au Registre des Métiers (RM) ?

L’immatriculation au RCS est obligatoire pour les auto-entrepreneurs qui exercent une activité commerciale, et au RM pour les artisans. Le délai est de 14 jours après le début de l’activité. Pour les agents commerciaux, l’inscription doit se faire au RSAC (Registre Spécial des Agents Commerciaux).

Comment immatriculer sa micro-entreprise au RCS ou au RM ?

Vous pouvez soumettre votre demande en ligne sur le site infogreffe.fr. Vous pouvez également visiter le site de la Chambre de Commerce et d’Industrie de votre région, et consulter la section des Formalités pour savoir si l’immatriculation au RCS en ligne est possible ou si vous devez présenter votre dossier en personne au Centre de Formalités des Entreprises connexe. Pour l’immatriculation au RM, vous devez prendre contact avec la chambre des métiers et de l’artisanat dont vous dépendez. Important : tout un dossier doit être constitué pour pouvoir être immatriculé. Les pièces à fournir sont listées sur les sites des organismes compétents.

Comment obtenir un extrait k-bis pour son activité d’auto-entrepreneur ?

Vous pouvez obtenir un document équivalent, qui est l’extrait K auto-entrepreneur (le K-bis étant fourni aux sociétés, c’est-à-dire aux personnes morales). L’extrait K auto-entrepreneur justifie l’existence de votre micro-entreprise et fournit plusieurs informations légales sur votre activité.

Il est possible d’effectuer une demande en ligne sur cette page du site infogreffe.fr, ou de se rendre au greffe du tribunal de commerce dont dépend l’auto-entreprise pour obtenir cet extrait.

Comment faire pour modifier ou cesser sa micro-entreprise ?

Dans l’interface de gestion de votre espace auto-entrepreneur, il faut compléter en ligne une déclaration de cessation d’activité en tant qu’auto-entrepreneur, l’imprimer et la signer, et la joindre avec une pièce d’identité au format digital pour finaliser la déclaration en ligne. Un e-mail de confirmation est envoyé.

Cette procédure peut également se faire auprès du CFE dont dépend votre auto-entreprise, auquel vous devrez envoyer par voie postale les documents mentionnés plus haut. Un courrier de confirmation est envoyé par voie postale.

Comment calculer les revenus annuels d’une micro-entreprise ?

Les revenus annuels sont calculés par application d’un abattement forfaitaire. Le taux de cet abattement varie selon la catégorie d’activité :  71 % pour une activité d’achat/revente, 50 % pour la prestation de services commerciaux et 34 % pour les autres prestations de services. Par exemple, si vous vendez des marchandises et que vous réalisez un chiffre d’affaires de 50 000 € HT, vos revenus annuels seront estimés à 14 500 € HT après application de l’abattement : [ 50 000 € HT x (100 % – 71 %) = 14 500 € HT ].

Quelles sont les charges sociales à payer dans le cadre du régime micro-entreprise ?

Les cotisations sociales se payent en fonction du chiffre d’affaires réalisé. Ces cotisations s’élèvent à 12,80 % pour la vente de marchandises, et 22 % pour la vente de services. Si vous ne réalisez pas de chiffre d’affaires, vous ne payez pas.

À combien s'élève l’impôt sur le revenu (IR) dans le régime micro-entreprise ?

Il est possible lorsque certains critères sont remplis d’opter pour un prélèvement libératoire forfaitaire de l’IR qui est calculé en fonction d’un pourcentage du chiffre d’affaires (1 %, 1,7 % ou 2,2 % en fonction de la catégorie d’activité). Autrement, le micro-entrepreneur est soumis à l’impôt sur le revenu qui est calculé sur la base des revenus annuels qui ressortent après application de l’abattement forfaitaire, et aucune déduction ne s’applique dans ce cas.

Comment réalise-t-on ses déclarations quand on dirige une microentreprise en France ?

À compter de 2019, quel que soit le chiffre d’affaires réalisé, la déclaration se fait en ligne.

Facture-t-on la TVA lorsqu’on gère une micro-entreprise?

On ne facture pas et on ne récupère pas la TVA tant que le chiffre d’affaires ne dépasse pas les anciens plafonds, c’est-à-dire 82 800 € HT pour une activité de vente de marchandises ou 33 200 € HT pour une activité de prestation de services. On parle alors de franchise en base de TVA. Cette franchise disparait lorsque ces anciens plafonds de CA sont dépassés, et il faut dans ce cas prendre en compte la TVA dans la comptabilité et les transactions. Remarque : les factures de l’auto-entrepreneur doivent comprendre la mention suivante : « TVA non applicable, article 293 B du CGI ».

Y a-t-il une distinction entre la micro-entreprise et son propriétaire  ? 

La réponse est non. La microentreprise est une personne physique, c’est-à-dire une entreprise en nom propre. Il n’y a donc pas de distinction légale entre le propriétaire et sa microentreprise.

Faut-il ouvrir un compte bancaire professionnel pour sa micro-entreprise  ? 

Lorsque le chiffre d’affaires annuel dépasse les 5000 € HT, il devient obligatoire d’ouvrir un compte bancaire dédié. Remarque : il n’est pas nécessaire d’ouvrir un compte bancaire professionnel. Un nouveau compte personnel dédié uniquement à votre activité d’auto-entrepreneur peut suffire.

Que se passe-t-il si le chiffre d’affaires risque de dépasser les plafonds autorisés ? 

Quand on se rapproche des limites appliquées au chiffre d’affaires, il est possible de changer de structure juridique pour continuer à développer l’activité. La microentreprise peut par exemple être transformée en entreprise individuelle (EI), en entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL), en entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL), ou en société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).

Pour plus d'informations sur les différentes structures d'entreprises en France, consultez cet article : Créer une entreprise en France : le guide des structures d’entreprise

Doit-on tenir une comptabilité en bonne et due forme quand on est auto-entrepreneur ?

La comptabilité d’une auto-entreprise est ultrasimplifiée. Il suffit de tenir un livre de recettes, et un registre des achats.

Peut-on opter pour un nom commercial quand on est en auto-entrepreneur ?

En général, le nom par défaut de votre auto-entreprise sera votre « Nom et Prénom », puisqu’il s’agit d’une entreprise en nom propre. Mais vous pouvez également choisir un nom commercial pour votre auto-entreprise. Vous pouvez le renseigner dans le champ approprié sur le formulaire lors de votre inscription, ou faire une demande auprès de votre CFE (Centre de formalités des entreprises) si vous souhaitez demander un nom commercial après vous être inscrit.

Partie 2 : Devenir auto-entrepreneur e-commerce 

autoentrepreneur e-commerce

L’e-commerce vous intéresse ? Vous souhaitez créer votre business en ligne pour vendre vos propres produits ou services sur Internet ? Le statut auto-entrepreneur est idéal pour tester la rentabilité de vos projets sur le Web. La micro-entreprise peut vous permettre de tester votre projet e-commerce et de commencer à vendre en ligne sans rester hanté par le risque d’échec.

L’auto-entrepreneur se doit dans le monde connecté d’aujourd’hui d’utiliser l’e-commerce comme un canal de marketing et de vente. Ce canal lui permet non seulement de faire des études de marché en ligne seul pour tester la viabilité de ses idées de produits et de niches, mais également de réaliser des tests de vente en ligne sans prendre de risques financiers avant d’investir plus de budget.

Nous vous présentons à continuation les étapes à suivre dans un ordre logique pour commencer à vendre vos produits dans votre propre boutique e-commerce en tant qu’auto-entrepreneur.

6 étapes pour commencer à vendre vos produits dans votre propre boutique e-commerce en tant qu’auto-entrepreneur

Sommaire

  1. Trouver des idées de produits à vendre dans un marché de niche rentable
  2. Acquérir vos produits sans acheter de stocks
  3. Créez l’identité visuelle de votre marque avec les outils gratuits de Shopify
  4. Configurez et personnalisez votre boutique e-commerce Shopify
  5. Ajoutez vos politiques et les mentions obligatoires dans votre boutique e-commerce
  6. Générez du trafic pour tenter de réaliser vos premières ventes en ligne

Étape 1 : Trouver des idées de produits à vendre dans un marché de niche rentable

produits vendre auto entrepreneur

La première étape de votre parcours en tant qu’auto-entrepreneur e-commerce consiste à identifier un marché de niche rentable et des idées de produits à vendre à l’audience de ce marché. À ce stade, vous devez vous familiariser avec les outils d’étude de marché en ligne les plus efficaces : la recherche de mots-clés, l’étude des tendances, l’analyse des résultats de recherche Google, et l’analyse des concurrents actifs dans le segment de marché ciblé. Bien évidemment, l’étude de marché s’effectue en ligne, depuis votre ordinateur ou tablette. Nous vous présentons à continuation des ressources et des guides qui non seulement couvrent tous ces outils, mais qui présentent également des exemples pratiques qui serviront à stimuler votre imagination. Remarque : si vous êtes artisan, vous avez naturellement déjà une idée des produits que vous souhaitez vendre, puisque vous les fabriquez vous-même. Mais pour percer dans la vente en ligne, il vous faudra néanmoins cibler une niche, et personnaliser vos produits pour l’audience de cette niche afin de pouvoir vous différencier de la concurrence. Il vous faudra également étudier les guides et ressources que nous présentons à continuation. Vous pourrez néanmoins sauter l’étape relative à l’acquisition ou au sourcing des produits.

Ressources à consulter pour trouver des idées de niches et de produits à vendre :

Étape 2 : Acquérir vos produits sans acheter de stocks

vendre sans stock autoentreprise

Une fois que vous aurez trouvé une idée de produit qui vous intéresse et un marché de niche qui vous semble prometteur, il vous faudra « acquérir » ou « sourcer » les produits que vous voulez tester pour savoir si les consommateurs souhaitent réellement les acheter. Pour vendre sans acheter de stocks de produits à l’avance, vous pouvez utiliser le modèle commercial du « dropshipping », ou celui de « l’impression sur demande ».

Le dropshipping : le dropshipping correspond à un modèle de vente dans le cadre duquel des fournisseurs tiers qui gèrent leurs propres stocks de produits se chargent d’expédier à votre client en votre nom le produit que vous lui vendez sur votre propre boutique e-commerce. Vous n’avez qu’à ajouter et afficher le produit sur votre boutique e-commerce, à en faire la promotion pour conclure la vente, et à transmettre la commande par e-mail au fournisseur qui se charge du reste. Pour tester vos idées avec le dropshipping, l’application dénommée Oberlo qui s’intègre avec votre boutique Shopify vous facilite la tâche en vous permettant de consulter des milliers de produits vendus en dropshipping par des fournisseurs tiers fiables et leurs statistiques de vente, et d’ajouter de façon automatisée, en quelques clics, ceux qui vous intéressent sur votre boutique e-commerce. 

Voici nos ressources sur le modèle du dropshipping :

L’impression sur demande ou « Print on demand » : avec l’impression sur demande, vous pouvez également vendre toutes sortes de produits sur votre boutique e-commerce, sans acheter de stocks de produits à l’avance. Dans le cadre de ce modèle de vente en ligne, vous installez dans votre boutique e-commerce Shopify des applications de services d’impression sur demande qui s’occupent d’imprimer votre produit lorsque vous leur transmettez la commande que le client passe sur votre site e-commerce. Ces services préparent votre produit en imprimant dessus votre motif ou design, l’emballent, et l’expédient en votre nom au client final. Vous pouvez vendre toutes sortes de produits personnalisés avec vos propres motifs et designs : étuis de téléphones, vêtements (teeshirts, sweatshirts, etc.), chaussures, casquettes, coussins, tasses, décorations murales, etc.

Voici nos guides sur le modèle de l’impression sur demande :

Étape 3 : Créez l’identité visuelle de votre marque avec les outils gratuits de Shopify

marque micro entreprise

Shopify vous assiste dans le processus de création de l’identité de votre marque e-commerce en mettant à votre disposition des outils et des ressources exclusives :

Créateur de logo de Shopify : très simple d’utilisation et efficace, notre créateur de logo vous permettra en quelques minutes de créer un logo attrayant pour votre boutique e-commerce.

Générateur de slogan de Shopify : il peut être très utile d’associer un slogan à votre marque e-commerce. Un slogan mémorable servira à transmettre la mission de votre marque pour la différencier dans l’esprit des consommateurs et la rendre plus mémorable.

Voici nos guides sur le thème de l’identité visuelle de la marque et du branding :

Étape 4 : Configurez et personnalisez votre boutique e-commerce Shopify

personnaliser site auto entrepreneur

À ce stade, vous êtes tout près de lancer votre test officiel de vente en ligne. Mais avant de commencer à générer du trafic sur votre boutique en ligne, celle-ci doit être configurée et personnalisée. Heureusement, grâce à la technologie e-commerce de Shopify, vous pouvez personnaliser votre site e-commerce à votre gout sans avoir aucune connaissance technique. Après avoir choisi un thème e-commerce dans notre boutique de thèmes, vous pourrez le personnaliser en quelques clics de façon très intuitive. Si vous êtes capable d’installer et d’utiliser une application sur votre smartphone, vous saurez configurer votre boutique e-commerce sans aucune difficulté. Toutes les étapes de configuration de votre boutique e-commerce sont par ailleurs documentées étape par étape dans le Centre d’Aide de Shopify — du choix du thème e-commerce adapté à votre activité, à l’intégration des passerelles de paiement, en passant par la configuration des menus et des liens, et bien plus encore.

Une fois votre boutique e-commerce configurée, vous devez créer des profils pour votre marque sur les réseaux sociaux pour pouvoir les utiliser comme canaux de marketing lors de votre lancement. Vous devrez également configurer des formulaires de capture d’adresses e-mail pour pouvoir recontacter à travers le marketing par e-mail les prospects qui n’achètent pas dès leur première visite sur votre boutique.

Les ressources à consulter pour préparer le lancement de votre boutique e-commerce :

Étape 5 : Ajoutez vos politiques et les mentions obligatoires dans votre boutique e-commerce

politique site auto entrepreneur

Maintenant, il faut ajouter certains composants à votre boutique pour qu’elle réponde aux normes e-commerce professionnelles. Voici les étapes à suivre :

a) Rédigez les Conditions générales de vente et d’utilisation (CGVU) de votre site e-commerce. Les CGVU constituent un texte obligatoire à faire figurer sur votre site e-commerce, qui régit la relation de vente entre vous, l’auto-entrepreneur, et les acheteurs — et qui définit les conditions d’utilisation de votre site par les visiteurs. Shopify met gratuitement à votre disposition un modèle de CGVU, que vous pouvez adapter selon vos besoins à votre propre activité.

b) Rédigez la Politique de remboursement et de retour de votre site e-commerce. Cette politique définit les conditions de remboursement et de retour des articles ou services achetés dans votre site e-commerce. En général, pour être conforme au code de la consommation, il faut fournir au client une fenêtre de rétractation de 14 jours pour la demande d’un remboursement, et spécifier vos délais de livraison, entre autres. Shopify met là aussi gratuitement à votre disposition un modèle de Politique de retour et de remboursement, que vous pouvez adapter selon vos besoins à votre propre activité.

c) Rédigez la Politique de confidentialité de votre site e-commerce et configurez une fenêtre d’acceptation des cookies. Vous devez expliquer dans votre politique de confidentialité comment vous gérez les données clients que vous collectez, comment vous les traitez, combien de temps vous les conservez, et ainsi de suite. Vous devez veiller à être conforme au RGDP au moment de rédiger votre politique de confidentialité, le Règlement Général de Protection des Données. Shopify met là aussi gratuitement à votre disposition un modèle de Politique de confidentialité, que vous pouvez adapter selon vos besoins à votre propre activité.

d) Rédigez les Mentions légales de votre site. La page des Mentions légales de votre site est censée résumer toutes les informations légales liées à votre activité. Elle doit inclure, entre autres, le nom de votre auto-entreprise (qui correspond à votre nom et votre prénom), votre nom commercial, l’adresse de domiciliation de votre auto-entreprise, votre numéro de déclaration à la CNIL, votre numéro SIRET, le nom de la société qui héberge votre site et son adresse, et ainsi de suite. Il existe des modèles de mentions légales que vous trouverez en ligne, et dont vous pourriez vous inspirer pour rédiger les vôtres.

e) Créez une page Contactez-Nous. Bien que cette page soit facultative à ce stade, elle servira à mettre en confiance les nouveaux visiteurs et à renforcer le professionnalisme de votre site. La page Contactez-Nous est censée accueillir un formulaire permettant aux visiteurs de vous contacter, et elle peut être optimisée. Vous pouvez lire notre guide pour en savoir plus à ce sujet : 5 étapes pour créer une page « Contactez-nous » efficace pour votre site e-commerce.

f) Déclarez votre site e-commerce à la CNIL. Puisque vous allez collecter des données clients et des données utilisateurs (lorsque les internautes vont passer une commande dans votre site e-commerce ou vous laisser leur adresse e-mail pour s’abonner à votre newsletter), vous devez déclarer votre site web à la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés). 

Étape 6 : Générez du trafic pour tenter de réaliser vos premières ventes en ligne

vente en micro entreprise

Une fois votre boutique e-commerce prête à accueillir des visiteurs, il est temps de déployer des initiatives de marketing pour générer du trafic.

De la promotion de vos produits dans votre entourage et vos réseaux de contacts, au marketing sur les réseaux sociaux, nos guides vous détaillent les différentes techniques de marketing e-commerce qui peuvent vous permettre de générer du trafic sur votre boutique e-commerce et de réaliser vos premières ventes en ligne.

Voici les ressources et guides à consulter pour réaliser vos premières ventes en ligne :

Canaux de vente de Shopify

Avec Shopify, vous pouvez élaborer vos plans de marketing e-commerce et les déployer en ligne grâce aux canaux de vente intégrés à l’interface de votre boutique. Vous gérez ainsi tous vos canaux de vente en ligne depuis un seul et même endroit.

Voici les canaux sur lesquels votre boutique en ligne Shopify vous permet de vendre sur Internet : Facebook, Amazon, Pinterest, Messenger, Instagram, Cdiscount. Vous avez également accès à un bouton d’achat Shopify qui est connecté au panier e-commerce de votre boutique, et que vous pouvez intégrer sur vos articles de blog et d’autres canaux. Pour en savoir davantage sur les canaux de vente : Canaux de vente de Shopify

« Kit » : votre assistant marketing gratuit 

Pour vous aider à promouvoir vos produits sur Facebook et Instagram, Shopify a créé « Kit », un robot intelligent qui fonctionne grâce à l’intelligence artificielle (IA). Kit agit en tant que votre assistant virtuel et votre assistant marketing, en gérant la diffusion de vos publicités sur les réseaux sociaux les plus populaires du moment, Facebook et Instagram. Kit utilise les données de votre boutique en ligne, ainsi que le contenu et les images de vos pages de produits, pour créer sans que vous ayez à intervenir des publicités pour la promotion de vos produits sur Facebook et Instagram, et que vous pouvez modifier ou personnaliser à votre guise.

Kit vous permet ainsi de tester vos idées de produits sur les canaux sociaux les plus populaires même si vous êtes encore novice en matière de publicité en ligne. Il raccourcit votre phase d’apprentissage et vous permet d’avancer à pas de géant.

Pour en savoir plus sur Kit :

    Comment devenir auto-entrepreneur : aller de l’avant

    À ce stade, nous avons fait le tour de ce qu’il y a à savoir sur le régime auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur, qui sont, vous l’avez compris maintenant, des expressions utilisées de façon interchangeable pour désigner le même régime. Vous êtes maintenant en excellente position pour approfondir vos recherches et prendre des décisions stratégiques de façon à réussir en tant qu’auto-entrepreneur classique ou en tant qu’auto-entrepreneur e-commerce.

    Et n'oubliez pas de consulter le blog marketing de Shopify et de vous y abonner pour bénéficier d'un accompagnement gratuit jusqu'à réaliser vos premières ventes et mettre votre activité d'auto-entrepreneur sur les rails.

    Vous avez des questions ou des commentaires sur comment devenir auto-entrepreneur ? Partagez-les dans les commentaires.


    Créez une boutique en ligne dès aujourd'hui !

    Bénéficiez d'un essai gratuit de 14 jours, sans engagement.


    Which method is right for you?Article publié par Aleks Ignjatovic

    Aleks est la rédactrice en chef du blog de Shopify en français. Elle est responsable du marketing de contenu et de la localisation pour les marchés francophones chez Shopify.

    Rédaction : Mehdi Chakir

    Vous souhaitez contribuer au blog de Shopify en français ? Lisez nos conseils !

    Remarque : Le présent article est rédigé dans un but informatif et n'a aucune valeur légale. Nous vous recommandons de prendre contact avec votre conseiller juridique ou votre avocat pour obtenir des informations adaptées à votre situation précise et à votre pays de résidence. Shopify décline toute responsabilité quant à l'utilisation ou à l'interprétation des informations présentées.